Pile ou face

La rentrée est là. Le retour à l’école, la saison des marrons… et surtout une période de changement. Et en voici quelques uns me concernant.

Tout d’abord, toutes mes excuses pour avoir laissé ce blog en plan pendant quelques mois. La rédaction de ma thèse a monopolisé la majeure partie de mon temps, mais cette période est désormais révolue, puisque je l’ai rendue (ouf!) ! Cela signifie aussi que mon doctorat touche à sa fin, et avec elle la fin d’un contrat de travail assez confortable. La question logique qui arrive donc est : mais que comptes-tu faire maintenant ? Vous avez certainement pu le lire sur ce blog, j’ai eu un grand moment de réflexion sur mes projets et mes envies. Ainsi, dois-je affronter mes deux facettes, presque opposées, de scientifique et d’artiste.

 

w
Pile ou face ? Mon avatar de blog (gauche) et mon avatar d’illustratrice (droite)

 

En effet, le doctorat a aussi été une opportunité pour moi de reprendre le dessin, puisque plus de devoir à la maison ni d’examen à préparer. J’ai aussi pu prendre part à divers projets qui m’ont aidé à progresser et prendre confiance en mes capacités. Somme toute, à assumer que le dessin n’est pas juste un passe-temps pour moi. Je considère que cette fin de contrat est une opportunité pour moi d’essayer de nouvelles choses. Au lieu de tirer à pile ou face pour savoir dans quelle direction j’irai, voici ce que j’ai choisi.

Je prends cette année pour être artiste/illustratrice, laissant de côté la recherche pour un temps. Vous pouvez donc me commander des dessins ou des petites bandes dessinées, pour vous, pour vos proches ou pour votre labo, c’est pas chouette, ça ? (Je travaille pour faire une feuille d’information à ce sujet.) C’est aussi l’occasion pour moi de consacrer plus de temps à ce blog, ce qui est en fait une bonne nouvelle pour vous, les lecteurs :) Les posts vont devenir plus fréquents, si possible hébdomadaires !

Une dernière question subsiste au niveau de mon financement*. Ce blog me demande du temps et pas mal de travail. J’aimerais que son contenu soit accessible et utilisable gratuitement par tous, mais je ne veux pas de pub pour autant. Je réfléchis donc à la possibilité d’un Tipeee ou autre plateforme de financement participatif pour m’aider à maintenir ce blog. J’aimerais récolter vos avis sur cette question, alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Merci d’avoir lu ce blog jusqu’à aujourd’hui, et j’espère qu’il continuera à combler votre soif de biologie !

______________________

*Bien sûr, j’ai le droit à une petite allocation suite à ma thèse, mais rien de bien fabuleux

7 commentaires:

  1. Je te suis depuis quelques temps déjà, j’aime bien des dessins que ce soit sur twitter ou ici, sur ton blog ^^ Je te souhaite bon courage dans cette nouvelle aventure 😉

    Je ne sais pas si je t’aiderai via tipeee ou autre, je donne déjà pas mal à des asso/chaînes de télé, et je ne suis pas très adepte de ce procédé, désolé ^^’

    1. Merci d’avoir donné ton avis !
      Je comprends qu’on ne soit pas adepte de ce procédé, de toute façon il n’est pas question pour moi de vivre de ce blog. Disons plutôt que cette question me permet de tâter ce terrain que je connais encore peu.

  2. Bonjour Pellentz,

    Félicitations pour ton rendu de manuscrit ! :-)

    Un conseil: fais ce qui te fait plaisir. C’est con à dire, mais ça va décider de ton avenir, autant personnel que celui de ce blog. Vivre de ses créations sur Internet est possible, mais c’est un travail de longue haleine, et pas uniquement réservé à la création, mais aussi au réseautage (pour participer à des conventions, se mettre en relation avec les autres personnes du domaine, etc….).

    De ce que j’ai étudié, un bon projet se mène sur des personnages clefs, que les gens vont aimer suivre, et avoir une régularité sans faille (dire « je publies tous les mardi/jeudi, par ex) aide aussi beaucoup à fidéliser le public qui va savoir quand passer, et ne pas être déçu à se dire « ah non, rien de neuf ».

    Construis une histoire intemporelle, quand je vois phdcomics, les personnages sont en thèse depuis trèèèès longtemps, mais les bulles du début sont encore d’actualité aujourd’hui, donc le public se renouvelle.
    AnaVDLB que je suis depuis peu (et qui possède un sujet qui s’y prête) colle à l’actualité cinématographique, ce qui aide à se faire connaître car elle est dans « l’aujourd’hui ».
    Tu as aussi Maliki, qui publie gratuitement sur son blog, mais à côté publie ses livres / fanarts / autres pour vivre. Le site internet ne lui servant « que » à se faire connaître et créer une base de fan pour la vente de ses livres.
    IFLV colle à l’actualité scientifique, en créant des patchworks d’images des grandes découvertes de la semaine, qu’il est facile de partager, donc qui fait boule de neige…

    Il y a une infinité de moyen de se faire connaître, et une fois cela établi, là se posera la question du financement. Cela peut être par la vente de tes services (de dessinatrice, hein), par la vente de fanart, par l’autopublication (type ullule, je crois), en passant par un éditeur… mais avant de penser de cela, construis un joli blog, dénué de pub, sans te poser la question de l’argent, juste : fais-toi plaisir, développe ton monde.

    On va suivre une histoire basée sur tes personnages (type Maliki) ? Tes personnages vont-ils être utilisés pour vulgariser les grandes découvertes actuelles (type IFLS) ? Veux-tu faire de « l’éducation scientifique » en vulgarisant notre domaine (type j’ai pas d’idées, peut-être PasseurDeScience) ? Qu’est-ce que tu veux faire ? :-)

    La communication imagée est celle qui fonctionne le mieux de nos jours, la nouvelle génération communiquant bien mieux par image qu’avec un bloc de texte, donc, tu es déjà dans le bon domaine… :-)

    Bon courage à toi!

    K.

    1. Merci d’avoir répondu ! En fait, l’idée du financement participatif serait justement pour rendre gratuit la réutilisation et la publication de posts. Ce qui n’est pas le cas quand un auteur de BD publie son blog mais ensuite vend la compilation sous forme de volume relié, de même qu’il possède toujours les droits.
      La question du financement, aussi liée au droits d’auteurs divers, est toujours un peu épineuse. Autant, avant on ne se posait pas trop la question en privilégiant la filière classique (droit d’auteur et publications) autant aujourd’hui nos pouvons imaginer des alternatives : licences libres et financement participatif.

      Merci aussi pour tes conseils ! ça me motive bien !

  3. Les Tipeee ou autres Kickstarter prennent une commission sur tous les dons, je crois. Comme paypal.

    Ça dérange peut-être que moi, mais savoir quand je paie, ou quand je donne quelque chose, une partie (non-négligeable) part vers un «fournisseur de service» qui certes, à travaillé, un jour, et a fait de la pub… ça me gène.

    En fait, l’existence même d’intermédiaires que l’on engraisse en utilisant leur plate-forme me gène.

    Après, on pourra me dire que «Oui, mais ça se fait partout !» et on aura pas tort : quand on paie par carte bleue on donne 3% en moyenne non pas au commençant mais à la banque et à l’émetteur de la carte (si on compte la location du terminal, les frais de transaction et la commission proportionnelle ; c’est plus pour les commerçants de quartiers mais moins pour les grandes surfaces), ou bien quand on fait un don à une association en passant par les rabatteurs devant les gares, la plupart du temps ceux-là sont salariés d’une entreprise qui prend une (grosse) commission sur les dons.

    Comment faire pour que l’intégralité d’un don te soit fait, et que tu n’ai pas besoin d’un intermédiaire financier ? Pas simple… Laisser un RIB et on te fait des virements ? À ta place j’aurais pas envie de laisser mon RIB, et à la place de tes supporters j’aurais pas envie de m’embêter à aller sur laposte.fr à chaque fois… Avec le BitCoin, ça se fait facilement en revanche : Si tu laisses ton «RIB» BitCoin, on peut te faire tous les dons qu’on veut sans commission. Mais ça t’impose d’avoir un porte-monnaie, et ça te limite peut-être à un public… comment dire… geek.

    Après, ce qui me gène ne te dérange peut-être pas.

    Si tu trouves un truc cool, un Tipee coopératif, en SCOP, voire en SCIC, où tous les auteurs administreraient la plateforme, et à but non-lucratif donc sans commission absurde, n’hésite pas à m’en parler.

  4. Je ne comprends pas très bien le « rendre gratuit la réutilisation et la publication de posts » ? En quoi cela doit-il être payant ?

    La licence libre, par définition, tu abandonnes TOUS tes droits sur tes œuvres. Très peu l’utilisent, et généralement, pour moi le libre n’est une solution viable que pour du code, vu qu’il sera modifié / réutilisé dans des logiciels, souvent de façon transparente. Ce n’est pas celle que j’ai choisi pour mes projets de développement, désirant autoriser la réutilisation selon les mêmes termes que moi… c’est à dire à usage non commercial.

    L’équivalent pour mon blog a été la licence Creative Common BY-NC-SA qui globalement autorise le partage/modification en citant l’auteur / utilisant la même licence pour le « nouveau » produit (non commercial).

    Mais dans tous les cas, à partir du moment où tu tiens les rennes de toute la chaine (d’où mon allusion à l’auto-publication), c’est à toi de décider sous quelle licence tu veux placer ton œuvre. Le droit d’auteur s’efface de plus en plus (et de mon avis, il va mourir sous peu, Internet y travaille).

    Ton problème m’a l’air plus de savoir comment te financer plus que de savoir sous quelle licence tu veux diffuser tes œuvres.
    Tu veux les rendre gratuites ? Décides-le, c’est aussi simple que cela.

    Tu veux faire de cette passion un moyen de gagner ta vie ? (Ou de compléter nos maigres allocations chômage de doctorant) La question se révèle alors différente, et à mon sens indépendante de la question de la licence.

    Là encore, on est dans une époque de grand changement, la génération de l’Internet décidant de diffuser autant que possible, pour que l’information ne soit pas affaire d’argent et de moyen. Et nous cherchons de nouveaux moyens pour se financer (comprendre : sans passer par le vieux système du salaire fixe qui tombe tous les mois).

    Si tu désires te lancer dans cette aventure, là encore, tu as le choix, la première étape étant de te placer sous le statut d’auto-entrepreneur.
    Ensuite, pour financer le site, j’aime bien l’approche de Oca, via le BitCoin / DodgeCoin / LiteCoin /… la liste est super longue. Mais à moins de la miner soit-même, les cryptomonnaies sont régies par les mêmes règles que le système financier classique (à l’anonymat près) donc est achetée sur des marcher… qui prennent une com (sans parler que la valeur de la monnaie fluctue dans le temps).

    Passer par une plateforme de financement participatif, c’est certes payer une com, mais c’est éventuellement aussi profiter de la popularité du site. Je peux passer des aprem sur Kickstarter / Indiegogo à fouiller des projets qui pourraient m’intéresser, donc ça t’ouvre des voies. Mais c’est généralement viable le jour où tu as un projet à produire (ie : que tu as déjà bien designé) en créant des récompenses (généralement, vendre le produit final avec une remise). Et les projets artistiques sont aussi bien financés que le reste…

    Un Tipee est pour moi plus une alternative aux cryptomonnaie, une sorte de donation intemporelle pour ceux qui aiment ce que tu publies et voudrait donner un petit peu (car ils peuvent sur le moment).

    Donc encore une fois, je suis d’avis que oui, tu as un talent qui peut devenir quelque chose… mais les questions sur l’avenir de ton blog / financement, faut vraiment l’envisager comme une seconde thèse et faire de la biblio. Tu peux tout faire, il faut simplement définir ton projet idéal et une fois ce projet défini, voir comment le diffuser / financer. En fonction de sa tête, la réponse ne sera pas la même… :)

    K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *